Diversité des moyens d’existence et redondance dans les communautés littorales d’Afrique de l’Est

Le long de la côte d’Afrique de l’est, des ménages se lancent souvent dans la pêche artisanale dans le cadre d’un éventail de moyens d’existence diversifié, qui peut inclure le travail dans le tourisme, l’agriculture ou les petits travaux occasionnels.

Small-scale fisheries in East Africa

Joshua Cinner/Azote

Pendant que certains ménages maximisent leur revenu total en se spécialisant dans une seule activité, les ménages qui ont une palette d’options plus large ont tendance à être plus résilients, notamment quand les différents moyens de subsistance ne sont pas affectés par les mêmes perturbations. Les différentes activités développent ainsi une diversité de réponses et une redondance en terme de moyens d’existence. Par exemple, dans les ménages avec un portefeuille de moyens d’existence diversifié, la pêche peut se poursuivre lorsque le tourisme souffre d’une baisse de la fréquentation causée par des perceptions d’insécurité. Une diversité de moyens d’existence fournit également plus de flexibilité face au déclin de certaines activités telles que la pêche. Il a été démontré au Kenya, en Tanzanie, dans les Seychelles, sur l’île Maurice et à Madagascar qu’il est plus probable que les pêcheurs côtiers quittent une pêcherie en réponse au déclin des stocks s’ils viennent de ménages avec des portefeuilles de moyens d’existence plus diversifiés. Une telle flexibilité en matière de moyens de subsistance n’augmente pas seulement la résilience des ménages individuels, elle réduit également la pression sur les composants du système qui produisent un service écosystémique particulier, comme une pêcherie, et améliorent ainsi la résilience.