Principe un

Entretenir la diversité et la redondance

Les composants d’un système socio-écologique, tels que les espèces, les types de paysages, les systèmes de connaissance, les acteurs, les groupes culturels ou les institutions, offrent tous des options différentes pour faire face au changement et pour affronter l’incertitude et l’effet de surprise.

L’essentiel

Les systèmes avec de nombreux composants différents (p. ex. espèces, acteurs ou sources de connaissance) sont généralement plus résilients que les systèmes avec peu de composants. La redondance fournit une “assurance” en permettant à certains composants de compenser la perte ou l’échec d’autres composants. La redondance a encore plus de valeur si les composants qui la construisent réagissent également différemment aux changements et aux perturbations (la diversité de réponse).

Les petits exploitants agricoles plantent souvent plusieurs cultures alimentaires de sorte que la perte d’une des récoltes n’ait pas d’effets catastrophiques sur l’approvisionnement alimentaire. De même, les systèmes d’exploitation des ressources naturelles qui ciblent plusieurs espèces sont plus résilients que les systèmes qui ciblent une seule espèce. Il ressort des données de plusieurs autres domaines d’études que les systèmes avec de nombreux composants différents sont généralement plus résilients que les systèmes avec peu de composants. La redondance fonctionnelle, c’est à dire la présence de plusieurs composants qui peuvent assumer la même fonction, peut fournir une “assurance” dans un système en permettant à certains composants de compenser la perte ou l’échec des autres. En bref, la redondance est incarnée par le proverbe “il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.”

La redondance a encore plus de valeur si ses composants réagissent différemment aux changements et aux perturbations. C’est ce que nous appelons la diversité de réponse (des différences de taille ou d’ampleur des composants qui exercent une fonction particulière leur procurent différentes forces et faiblesses, de sorte qu’une perturbation particulière ne soit pas susceptible de présenter le même risque pour tous les composants). Par exemple, la dispersion des graines dans les forêts ougandaises est effectuée par une gamme de mammifères de tailles différentes, allant des souris aux chimpanzés. Tandis que les petits mammifères sont affectés de manière négative par des perturbations locales, cela ne vaut pas pour les grandes espèces qui sont plus mobiles et qui peuvent donc conserver leur fonction comme semeurs de graines.

Dans un système de gouvernance, un éventail de formes d’organisation comme des ministères, des ONG et des associations locales peuvent se recouper fonctionnellement et fournir une diversité de réponses. En effet, des organisations qui diffèrent par leur taille, leur culture, leurs mécanismes de financement et leurs structures internes, sont susceptibles de répondre différemment aux changements économiques et politiques. Divers groupes d’acteurs avec des rôles différents sont fondamentaux pour la résilience des systèmes socio-écologiques, car ils fournissent un éventail de fonctions. Dans une communauté bien connectée, où les fonctions se chevauchent et la redondance se manifeste, la créativité et l’adaptabilité peuvent s’épanouir.

Une diversité d’usagers et de gestionnaires peut également maintenir l’exploitation durable d’une ressource. Au sein des communautés de pêcheurs par exemple, des gens d’âges et de sexes différents, disposant de moyens financiers variés, pourront préférer des méthodes de pêche et des types d’engins différents. Cette diversité renforce la capacité de l’ensemble de la communauté à détecter et à comprendre les changements d’ordre écologique, car chaque usager a sa propre perspective du système.

L’investissement dans la diversité et la redondance peut améliorer la résilience des moyens de subsistance parce qu’il permet aux gens de s’adapter en répondant aux changements du marché ou de l’environnement. Par exemple, un nombre considérable d’agriculteurs dans les régions les plus sèches de l’Afrique du Sud et de la Namibie sont passés de l’élevage à l’écotourisme (en réponse à une préférence du marché devenant de plus en plus grande pour ce type de services écosystémiques culturels). Les agriculteurs peuvent effectuer cette transition plus facilement quand la biodiversité naturelle sur leurs fermes est relativement bien conservée.

Comment entretenir la diversité et la redondance ?

La gestion des systèmes socio-écologiques se doit de reconnaître et intégrer la valeur de la diversité et de la redondance afin de renforcer leur résilience. Cela peut se réaliser en prenant en compte les aspects suivants :

Préservez et accordez de l’importance à la redondance. La redondance est rarement préservée ou gérée de manière explicite, alors qu’elle est tout aussi importante que la diversité en termes de résilience. Une attention particulière devrait être portée aux fonctions ou services importants avec un niveau de redondance faible, tels que ceux contrôlés par des espèces ou des acteurs clés. Dans certains cas, il peut s’avérer possible d’augmenter la redondance liée à ces fonctions.

Entretenez la diversité écologique. La biodiversité a une importance fondamentale pour des services écosystémiques tels que la pollinisation, la lutte contre les nuisibles, le cycle des nutriments et l’assimilation des déchets. En outre, la biodiversité naturelle peut optimiser la résilience de ces services, en fournissant un réservoir de redondance et de diversité de réponse, et en diminuant la dépendance des systèmes agricoles aux intrants extérieurs tels que le fourrage, les engrais et les pesticides. Les stratégies pour entretenir ou améliorer la diversité écologique comprennent la préservation de la complexité structurelle du paysage, la création de zones tampons autour des secteurs sensibles, la mise en place de corridors écologiques pour la connectivité et le contrôle des espèces envahissantes. Dans un contexte urbain, une ‘’infrastructure verte’ sous la forme de réseaux d’espaces verts peut constituer un moyen plus adéquat (et plus résilient) pour l’approvisionnement en services écosystémiques tels que la gestion des eaux pluviales, par rapport à une ”infrastructure grise’ comme des conduites en béton.

Intégrez la diversité et la redondance dans les systèmes de gouvernance. Les organisations doivent reconnaître et mieux intégrer la valeur de diverses sources de connaissance. À condition d’être équilibrée (en termes de coûts et d’objectifs potentiellement antagonistes), une diversité de perspectives peut améliorer la résolution de problèmes tout en soutenant à la fois l’apprentissage et l’innovation. Ceci permet au système de se remettre plus rapidement après une perturbation.

Ne vous concentrez pas que sur l’efficacité maximale, même s’il en coûte davantage. La pensée économique traditionnelle encourage l’efficacité maximale, tandis que le concept de résilience favorise les politiques qui permettent de mieux faire face aux chocs écologiques, aux chocs du marché ou aux chocs liés à des conflits. Les programmes de développement alternatif peuvent s’inspirer des principes de diversité de réponse. Par exemple, dans les communautés agricoles, les moyens de subsistance non-agricoles, tel que le tourisme plutôt que des alternatives productives, fourniront une diversité de réponse plus grande, et par conséquent une plus grande résilience aux chocs. Des incitations spécifiques peuvent encourager une telle diversification au niveau de l’agriculteur individuel.