Glossaire

CO-GESTION ADAPTATIVE : Relie de manière explicite, l’apprentissage (expérientiel et expérimental) avec la collaboration, afin de faciliter une gouvernance efficace.

CONNECTIVITÉ : La façon dont et la mesure dans laquelle les ressources, les espèces ou les acteurs sociaux se dispersent, migrent ou interagissent à travers des paysages écologiques et sociaux.

DIVERSITÉ : Comprend trois aspects liés : la variété (combien d’éléments différents), l’équilibre (combien de chaque élément) et la disparité (comment sont-ils différents les uns des autres).

ÉCHELLE : L’ampleur et/ou la résolution d’un processus ou d’une analyse, ou le niveau de l’organisation d’un phénomène ou d’un processus, p. ex. un champ, une ferme, une région, un pays.

GESTION ADAPTATIVE : Une approche de gestion soulignant l’apprentissage et utilisant l’expérimentation structurée, liée à la flexibilité, afin de favoriser l’apprentissage.

GOUVERNANCE ADAPTATIVE : Rapproche les individus, les organisations, les agences et les institutions à différents niveaux organisationnels. Les systèmes de gouvernance adaptatifs s’auto-organisent souvent en réseaux sociaux avec des équipes et des groupes d’acteurs formant un milieu d’apprentissage. Ainsi, ils peuvent faire appel aux diverses systèmes de connaissance et aux expériences afin d’aborder les problèmes environnementaux complexes.

INSTITUTIONS : Les normes et les règles régissant les interactions humaines. Celles-ci peuvent être formelles, comme les règles et les lois, ou informelles, comme les normes et les conventions de la société.

INSTITUTIONS IMBRIQUÉES : Ensembles de règles hiérarchiquement imbriquées à plusieurs échelles différentes afin de s’occuper de problèmes ou de défis que l’on rencontre à différentes échelles temporelles et spatiales.

INTER-ÉCHELLE : Une étude ou un processus qui s’occupe de multiples échelles spatiales et/ou temporelles et qui se concentre explicitement sur la façon dont elles interagissent.

MODÈLES MENTAUX : Les représentations cognitives des hommes de la réalité extérieure.

MULTI-ÉCHELLE : Une étude ou un processus qui comprend deux niveaux d’organisation différents ou plus.

POLYCENTRICITÉ : Un système de gouvernance avec de multiples organes directeurs interagissants qui jouissent d’une autonomie pour promulguer des règles et les faire appliquer au sein d’une arène politique ou d’une région géographique spécifique.

REDONDANCE FONCTIONNELLE : La présence d’espèces ou de composants du système qui peuvent se compenser fonctionnellement les uns avec les autres.

RÉSILIENCE : La capacité d’un système, que ce soit un paysage, une région côtière ou une ville, à faire face aux changements et à continuer à se développer. Cela signifie la capacité à résister à des chocs et à des perturbations ou à utiliser un tel événement pour catalyser le renouvellement ou l’innovation.

RÉTROACTIONS : Un mécanisme, processus ou signal qui influe en retour sur l’élément du système socio-écologique émettant le signal ou initiant le mécanisme ou le processus.

SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES : Les bienfaits que les hommes obtiennent des écosystèmes, y compris les produits directs (p. ex. l’eau, les plantes), les processus régulant les conditions environnementales (p. ex. les inondations, le climat), ainsi que les bénéfices récréatifs, esthétiques et spirituels.

SYSTÈME ADAPTATIF COMPLEXE (SAC) : Un système de composants interconnectés ayant la capacité de s’adapter et de s’auto-organiser en répondant aux perturbations ou aux changements internes ou externes.

SYSTÈME SOCIO-ÉCOLOGIQUE (SSE) : Un système au sein duquel êtres humains et nature sont étroitement couplés, constituant un système adaptatif complexe avec des composants écologiques et sociaux qui interagissent dynamiquement par le biais de diverses rétroactions.

VARIABLES LENTES : Une variable dont le taux de variation est lent par rapport aux délais de fourniture et de gestion des services écosystémiques, et qui est donc souvent considérée comme constante.